Parenthèse sensuelle avec le père de mon amie…


Jade et moi sommes amies depuis la petite enfance. Soeurs de coeur, nous avons choisi de fréquenter la même école Hôtelière à Lausanne et nous habitons toute deux à Montreux chez nos parents. Nous passons la plupart de nos vacances scolaires ensemble. Nos parents respectifs se connaissent très bien et accepte notre amitié très fusionnelle.

Je suis Emma, j'ai 19 ans, je suis une jeune fille grande et très mince, mes cheveux blonds courts me donnent un air très sage. Mes yeux sont bleus. Mes seins bien que j'aimerais qu'ils soient un peu plus gros (ma mère porte du 90b et quand je l'aperçois en train de se déshabiller dans sa chambre j'envie ses gros seins aux auréoles larges et brunes) sont petits, en forme de demi-pommes, les bouts sont rose très clair, mon petit copain les adore il me répète tout le temps qu'ils sont adorablement sexy...

Le weekend dernier, je suis allée dormir chez Jade. Sa mère absente à cause de sa grand-mère malade, Jade a insisté pour que je vienne. Sa famille est super, surtout son père Jérémy qui est très ouvert et compréhensif avec nous. En plus d'être sympa le père de ma copine est également très séduisant. Pas très grand mais bien bâti, il fait du sport très régulièrement, s'habille de façon moderne et sent toujours très bon quand je lui fait la bise. Ces derniers temps je le trouve encore plus chou que d'habitude car il est souvent au petit soin pour nous. Son sourire me fait fondre même si il a le double de mon âge et qu'il est le père de mon amie d'enfance.

Ma mère m'a déposé chez eux samedi après-midi, Nico mon petit copain était très déçu car il pensait qu'on se verrait se weekend. Il m'a dépucelé il y a deux mois mais il est si maladroit que j'ai du mal à supporter nos rapports un peu douloureux, je préfère quand on flirte c'est plus agréable que le sexe. Je croyais en me donnant à lui que j'éprouverais une jouissance intense et du plaisir mais rien de tout cela. Personne n'est au courant pas même Jade.

Entre nanas, nous avons préparé un fin souper, les petits frères de Jade se sont régalés et Jérémy nous a félicité en nous qualifiant de "petits chefs". On a regardé un dessin animé tout ensemble au salon et vers 23 heures épuisés nous sommes tous allés nous coucher. Vers 4h du matin, réveillée par une soif terrible, en catimini et dans le noir je sors de la chambre de Jade, la maison est paisible, je descends les escaliers sur la pointe des pieds pour ne réveiller personne et me dirige vers la cuisine. Un peu surprise de trouver Jérémy réveillé en train de manger de la glace, je m'excuse confuse. Lui aussi semble étonné de me voir. Il m'explique qu'il souffre assez souvent d'insomnies. Afin de ne déranger personne il a allumé une grosse bougie et me fait signe de tirer la porte derrière moi. Comprenant que j'ai soif il se lève et se dirige vers le frigo.

J'accepte en le remerciant le verre de jus d'orange frais qu'il me tend et j'étanche ma soif. Jérémy parait différent, plus jeune, plus insouciant qu'habituellement. Peut être aussi parce qu'il est en tee-shirt et en caleçon. Je me rends compte soudain que je suis descendue en top et en boxer. Je m'excuse une nouvelle fois de ma tenue et Jérémy me répond que ce n'est rien, que tout le monde dort, qu'on va finir la glace et qu'ensuite on ira au lit. Assise en face de lui sur le banc en bois de la cuisine, je le regarde déguster sa glace, ses yeux brillent, je me sens bien, une douce chaleur étrange m'envahit, mes yeux glissent sur ses épaules mates et musclées. Son tee-shirt moule son torse bombé et un frisson étrange me secoue légèrement le ventre. A cet instant même, j'ignore pourquoi mais le besoin irrépressible de le toucher se fait sentir. Je chasse cette idée saugrenue de ma tête et me met à débarrasser machinalement la table pour penser à autre chose. Je suis devant l'évier, Jérémy derrière moi me tendant les verres, nos mains se frôlent, s'effleurent. C'est un coup d'électricité entre nous. Je me retourne vite et tel un aimant mon jeune corps nerveux se colle au sien fort et chaud. Faiblement il tente de me repousser mais je lis dans ces yeux qu'il est aussi excité que moi. Ce n'est pas la première fois que je le vois dans cet état. L'année dernière déjà au camping, il était venu m'appeler dans les douches et m'avait trouver nue en train de m'essuyer. Ce jour là malgré sa gêne son regard m'avait fixé longuement et j'avais lu dans ses yeux des lueurs de désir évidentes.

Ce soir c'est différent, je ne suis plus une gamine mais une femme et son corps chaud qui écrase mes petits seins durcis par un gros désir charnel me le rappelle. Je suis une jeunette certes mais pas naïve et je sens que l'opportunité qui se présente ici maintenant est à saisir. Très vite mon corps s'emballe en même temps que le sien. Il tente de m'échapper un instant mais prise d'une envie irrésistible de l'embrasser je soude ma bouche à la sienne pendant qu'il me soulève du sol en enroulant sa langue autour de la mienne. Il me dépose sur le bord de la table ou quelques minutes plus tôt nous dégustions notre glace et j'ouvre naturellement les jambes pour qu'il soit encore plus proche de moi. Son corps brûlant et viril contre le mien déclenche en moi une grosse envie de sexe. Son parfum est partout autour de moi, sa peau douce et salée m'enivre. Il embrasse super bien, je suce sa langue en enroulant mes jambes autour de ses hanches étroites. Ses mains à la fois fortes et douce attrapent mes seins pour les pétrir et je lâche un petit râle de plaisir.

Je ne peux ignorer longtemps son sexe dur qui pointe à travers son fin caleçon de coton. Enhardie j'y glisse ma main et saisit de tous mes doigts son muscle brûlant. Bien plus long et plus gros que celui de Nico mon petit copain, je n'ai pas le temps de la branler que Jérémy fait descendre mon boxer et plonge sa tête entre mes cuisses tremblantes d'excitation. Mon dos s'allonge sur la table et jambe soulevées bien haut, mes pieds calés sur ses épaules je comprends enfin la signification des mots "cunni" et "sensualité". Heureuse de constater que mon corps est avide de sensations fortes.

Mes hanches se soulèvent et s'agitent en tout sens sous les coups de langue expert du père de mon amie. Est-ce l'interdit de la situation qui m'excite autant ? Qu'il soit plus vieux ? Peu importe, mes mains attrapent les cheveux épais de Jérémy et l'entraîne encore plus profondément en moi me délivrant ainsi d'une jouissance intense et fougueuse. A présent il est au-dessus de moi et c'est ma main qui guide son pieu dur et gonflé de veines au bord de mon trou débordant de fluide vaginal. Tout son corps se bloque et se raidit. Je l'entraine dans mon sexe sans ressentir la moindre douleur, bien au contraire je me sens fiévreuse et très excitée, je n'ai pas peur comme avec Nico, c'est chaud et bon et très vite le frottement de son sexe dans ma chatte me procure des sensations géniales. Jérémy émit de sourds grognements en me faisant onduler au bout de sa bite. Nous entamons une sorte de cadence endiablée s'agrippant l'un à l'autre pour mieux ressentir le plaisir nous envahir.....Son puissant jet de sperme atterrit sur la petite toison de mon minou l'inondant copieusement. Je le remercie intérieurement de cette délicate attention. On se relève très vite, nous avons encore envie l'un de l'autre mais ce n'est plus possible. L'aube se lève doucement et il est temps que je remonte me coucher près de Jade.

C'est vers 11 h du matin que Jade et moi nous nous sommes levés. Sa maman Laurence était rentrée et c'est elle qui nous a préparé le petit-déj en nous félicitant de nous être si bien occupée de son mari et des petits frères. Jérémy nous a rejoint, au début il semblait un peu mal à l'aise mais en voyant que mon comportement était le même que d'habitude il a compris que je resterais muette à jamais...

Histoires récentes...

© 2014 RDVQ.com | Disclaimer | Genève | Vaud | Fribourg | Neuchâtel | Valais | Jura